“Il faut incorporer le changement par le corps qui est cette interface matérielle avec le réel. C’est la force du travail de Joachim Roberfroid que d’embrasser cette intégralité en nous partageant à la fois la richesse de sa pratique et la profondeur de sa connaissance.”

— Jocelin Morisson, journaliste scientifique



🌏 Dans notre exploration de l’approche NSQ, nous avons commencé à dévoiler un nouveau paradigme qui transcende les frontières traditionnelles de la science pour embrasser une compréhension plus holistique de l’existence. Celui-ci trouve ses fondations dans les domaines des neurosciences, de la somatologie et du paradigme quantique – qu’il faut distinguer de la physique quantique – créant un pont entre les mondes de la science et de la spiritualité. Je vais donc tenter de vous en offrir un aperçu, à la fois synthétique et précis!

🧐 Un des premiers éléments à tenir en compte est d’éviter le syncrétisme (assemblage de données éparses et de leurs attribuer des interrelations dans le but de valider une hypothèse n’ayant aucune base solide). L’ouverture d’esprit doit s’associer à la remise en question et la pertinence des arguments.
En effet, trop de fois, j’ai aperçu le terme « quantique » totalement galvaudé et utilisé à tort et à travers. Aussi, je m’engage à vous emmener sur un tout autre chemin…

« L’esprit est comme un parachute – il ne fonctionne que lorsqu’il est ouvert. » – Sir James Dewar

Commençons par les neurosciences :
Au cours des dernières décennies, celles-ci ont permis d’effectuer des progrès phénoménaux dans la compréhension du cerveau humain et de son fonctionnement pour l’entendement des processus cognitifs et émotionnels qui sous-tendent notre expérience subjective de la réalité.

Un des précurseurs, Antonio Damasio a mis en lumière (il y aura déjà bientôt 30 ans) la relation intime entre nos émotions et nos processus de décision, mettant à mal le mythe d’une raison purement objective et déconnectée de notre vécu émotionnel. Rendant caduques ou pour le moins incomplètes, les approches purement analytiques ou exclusivement rationnelles.

D’autre part, un chercheur comme Christof Koch, un éminent neuroscientifique reconnu par ses pairs et philosophe, cofondateur de la théorie de l’intégration de l’information (IIT en anglais) avec Giulio Tononi, remet en perspective la notion de conscience qui pourrait s’illustrer en fractales de l’infiniment petit vers l’infiniment grand et vice-versa.
Chaque ensemble et sous-ensemble d’interactions étant assimilé à des systèmes capables de conscience. Une révolution menant vers une nouvelle forme de panpsychisme plus scientifique et reliant le paradigme quantique comme nous le verrons plus loin.

« La conscience est une propriété fondamentale de l’univers. Là où il y a intégration d’information, il y a conscience. » – Christof Koch, Consciousness: Confessions of a Romantic Reductionist

⚠️ Mise en garde : L’interprétation erronée de ceci pourrait conduire à 2 extrêmes qu’il convient d’éviter : la première est que la conscience est seulement le fruit d’interactions biologiques (matérialisme) ; la seconde étant que la conscience serait un substrat préexistant à tout phénomène (idéalisme). Ce n’est probablement ni l’un ni l’autre. Et je vous proposerai « ma » définition plus loin (je place des guillemets, car je ne peux me considérer individualisé, mais uniquement interdépendant).

Christof Koch🧠 Koch, encore lui, avec son plus ancien collaborateur, le lauréat du prix Nobel Francis Crick, on mit en évidence un type particulier d’oscillations électriques neurones appelées « ondes gamma ». Ces ondes oscillent à une fréquence démarrant vers 40 Hz et sont associées à la perception, l’attention et surtout, la conscience permettant d’établir une approche plus quantifiable et empirique de la conscience dans les neurosciences.
Plusieurs études ont mis en évidence le rapport entre des propriétés « extraordinaires » de l’esprit et ces ondes gamma que nous générons dans des méditations spécifiques.

🧘‍♀️ Notamment celles de Antoine Lutz, Richard Davidson en 2004 et celles de chercheurs de l’Université de Wisconsin-Madison en 2013 qui ont démontré que certains types de méditation pouvaient entraîner des modifications durables de la structure et des fonctions du cerveau appelé neuroplasticité qui dans ce cas-ci indique : l’influence de l’esprit sur la matière!

C’est en tenant compte de toutes ses nouvelles découvertes qui révolutionnent le paradigme de la conscience que la NSQ s’articule et propose une vision intégrative offrant de toutes nouvelles perspectives.

Bien que cela puisse paraitre compliqué au premier abord – je n’en disconviens pas – avec une compréhension en arborescence des principes énoncés plus haut associés aux recherches de V.S. Ramachandran sur les neurones miroirs et le « phantom limb syndrome » nous comprenons de mieux en mieux le lien entre notre perception corporelle et notre interaction avec le monde. Ce qui est offre et confirme les nouvelles perspectives de métamorphoses offertes par le second volet de la Neuro-Somato-Quantique : la somatologie!



La somatologie est une discipline qui étudie le corps dans son ensemble, y compris ses structures, ses fonctions et ses interactions avec l’esprit.

« Les émotions sont les médiateurs entre le mental et le corps. » ― Candace Pert, Molecules Of Emotion: The Science Behind Mind-Body Medicine

candace pertDes chercheurs comme Candace Pert, Ph.D enPharmacologie  et Bruce Lipton, Docteur en Biologie et spécialisé en épigénétique, ont mis en évidence l’interconnectivité profonde entre le corps et l’esprit, et la manière dont nos pensées, nos sentiments et nos croyances peuvent avoir un impact direct sur notre santé et notre bien-être. Autant que le corps influence l’esprit et les émotions. Cette compréhension somatique de l’être humain offre une vision plus intégrée de nous-mêmes, qui ne se limite pas à notre corps physique, mais englobe une gamme de fréquences vibratoires existant sur différents plans.

Bruce Lipton“ Vous savez pourquoi il est difficile d’être heureux — c’est parce que nous refusons de LAISSER ALLER des choses qui nous rendent tristes. ”

“les êtres humains ont une grande capacité à s’en tenir aux fausses croyances avec une grande passion et ténacité »

« Nous ne sommes pas victimes de nos gènes, mais maîtres de notre destin, capables de créer des vies débordant de paix, de bonheur et d’amour. »

― Bruce H. Lipton, La biologie des croyances: libérer le pouvoir de la conscience, de la matière et des miracles

#

« Voici la chose étonnante: la chenille et le papillon ont exactement le même ADN. Ils sont le même organisme mais reçoivent et répondent à un signal d’organisation différent. » ― Bruce H. Lipton, Spontaneous Evolution: Our Positive Future and a Way to Get There From Here

Ceci vous rappelle certainement, les modèles ancestraux des différents corps de l’être. Toutefois, il convient de constater que par la compréhension approfondie des rôles de la membrane cellulaire aussi bien avec nos émotions que notre conscience, des liens qui n’avaient jamais pu être expliqué auparavant sont entrain d’apparaitre.

Ce qui me passionne d’autant plus, c’est qu’avec mon parcours d’ostéopathe en somato-émotionnelle, j’ai pu constater et utiliser maintes fois (des dizaines de milliers de fois) les principes d’interactions corps-émotions-esprit. Même si ce n’était qu’un début!
Aujourd’hui, nous pouvons aller encore beaucoup plus loin pour restaurer l’homéostasie globale sur tous les plans pour revenir dans le « Flow ». Et pour se faire, il est capital de faire participer le corps!

 



⚛ Pour finir, nous intégrons le paradigme quantique faisant référence au nouveau modèle de la réalité qui émerge de la physique quantique (il convient de distinguer les 2, bien qu’ils soit intrinsèquement liés).

philippe guillemantLes travaux de Philippe Guillemant, physicien et chercheur au CNRS, sur la flexibilité de l’espace-temps nous invitent à envisager un univers où le passé, le présent et le futur ne sont pas séparés, mais intrinsèquement liés.

« Le temps est flexible et notre conscience a le pouvoir d’influencer notre réalité future. » ― Philippe Guillemant, La route du temps.

Carlo RovelliD’autre part, Carlo Rovelli, physicien théoricien et philosophe, qui n’est autre (excusez du peu) qu’un des fondateurs de la théorie de la gravité quantique à boucles, et qui nous pousse à repenser notre notion de l’espace et du temps. Et dont le modèle converge avec celui de Philippe Guillemant.

« L’espace n’est rien d’autre que l’ordre dans lequel les choses existent. » ― Carlo Rovelli, Reality Is Not What It Seems: The Journey to Quantum Gravity

Ainsi que Roger Penrose, mathématicien, cosmologiste, philosophe, professeur d’université et Prix Nobel de physique (2020). Il soutient le paradigme quantique de la conscience informationnelle avec sa théorie de l’orchestration objective qui suggère que les processus quantiques pourraient jouer un rôle clé dans la conscience.Roger Penrose

« Je vais en effet affirmer l’existence au niveau quantique d’une non-calculabilité qui explique celle de nos actes conscients, et que le niveau où cette non calculabilité physique se manifeste avec le plus d’ampleur joue un rôle déterminant pour l’activité cérébrale…. J’affirme que si les signaux neuronaux peuvent effectivement avoir un comportement déterministe classique, le contrôle des liaisons synaptiques entre neurones s’effectue à un niveau plus profond qui semble correspondre à une importante activité physique située à la frontière séparant le monde classique du monde quantique » ― Roger Penrose, Les ombres de l’esprit à la recherche d’une science de la conscience.

 

Mais qu’apporte ce nouveau paradigme quantique, in fine, dans le concret?

Cela modifie totalement l’angle d’approche des troubles physiques, émotionnels, psychiques ou spirituels, des problèmes personnels et relationnels et des obstacles que les êtres rencontrent et se créent. D’une part, on sort d’un modèle causal prédéterminé (notion de karma et autres) et d’autre part (on évite un modèle de libre arbitre tout puissant). Cela nous implique dans la pure notion d’interdépendance, où la conscience, l’espace et le temps sont des notions ne pouvant exister séparément des 2 autres.

« Dans une vision où le temps est simultané, ou pour faire encore plus court, avance autant qu’il recule, du passé au futur, mais aussi du futur au passé. Où les potentiels d’univers sont multiples, bien que nous pouvons attester que nous vivons tous dans la même réalité, interprétée d’une infinité de manières, il devient évident que de nouvelles possibilités et priorités émergent pour restaurer l’harmonie du corps, du coeur et de l’esprit des êtres. Et qu’il est temps de s’en servir, si nous souhaitons sortir de la roue interminable du samsara! » 

La NSQ intègre ces trois axes dans un modèle cohérent qui met l’accent sur la relation dynamique entre notre conscience, notre corps et l’univers. Elle suggère que nous ne sommes pas de simples spectateurs passifs de la réalité, mais des co-créateurs actifs, dont les pensées, les sentiments et les croyances influencent non seulement notre santé physique, mais aussi la réalité qui nous entoure.

Rien de nouveau pourrait dire les détracteurs potentiels!

À ceci de prêt que l’approfondissement scientifique de ces 3 axes permet d’intégrer ce nouveau paradigme pour concevoir, élaborer et tester un nouveau genre de processus de métamorphose différents et 100% pragmatiques : les process NSQ.

En d’autres termes, désormais avec la NSQ, il est possible d’appliquer concrètement des processus définis à des situations problématiques, pénibles, douloureuses ou nécessitant un changement de conscience pour se libérer des conditionnements et faire l’expérience du « Flow » de sa Vraie Nature comme jamais auparavant.



Concrètement, ceci nous ramène aux cinq piliers de la Neuro-Somato-Quantique (que j’ai cité dans le #2e article) permettant de mieux comprendre sa philosophie et ses champs d’applications :

1. **Potentiel** : Le potentiel fait référence à la capacité innée et souvent non réalisée que chaque individu possède. Il s’agit des talents, des compétences, des capacités de résilience et de croissance que nous avons tous en nous. Dans la NSQ, l’objectif est de reconnaître et d’exploiter ce potentiel pour permettre à chaque personne de s’épanouir pleinement.

2. **Intégration** : L’intégration est le processus par lequel nous prenons conscience de toutes les parties de nous-mêmes, y compris celles que nous pourrions préférer ignorer ou négliger. En NSQ, l’intégration implique de réconcilier et d’unifier ces différentes parties de soi en une entité cohérente et équilibrée. C’est aussi l’intégration des différents savoirs et expériences pour créer une compréhension plus complète de soi-même et du monde.

3. **Résonance** : La résonance se réfère à la façon dont nous vibrons en harmonie ou en dissonance avec nous-mêmes, les autres et le monde qui nous entoure. La NSQ cherche à augmenter la résonance positive, à favoriser l’harmonie et à minimiser la dissonance. Cela peut signifier de trouver un équilibre entre le corps et l’esprit, ou de se synchroniser avec l’énergie de l’univers.

4. **Expansion** : L’expansion fait référence à la croissance et au développement de soi. En NSQ, cela signifie non seulement grandir en tant qu’individu, mais aussi élargir sa conscience de soi, des autres et du monde. L’expansion peut se produire à travers de nouvelles expériences, l’apprentissage et l’évolution personnelle.

5. **Fluidité** : La fluidité concerne notre capacité à nous adapter et à changer en fonction des circonstances. Elle fait référence à l’écoulement naturel de la vie et à notre capacité à naviguer dans ce courant avec grâce et facilité. Dans la NSQ, la fluidité peut signifier de laisser aller les résistances et de permettre à la vie de se dérouler de manière naturelle, tout en étant capable de répondre aux défis avec souplesse et résilience.

C’est 5 piliers gouvernent la philosophie et l’application des process NSQ dans leur ensemble.

Dans tous les cas de figure, il faut distinguer 3 niveaux de complexité qui peuvent s’apparenter à une symphonie de musique classique :

1- la création de process NSQ qui demande des connaissances approfondies, une expérience de terrain fournie et solide, de la patience, de l’abnégation et des remises en question permanentes, ainsi qu’une vision en arborescence et de l’intuition pour : le compositeur.

2- l’apprentissage des process pour les appliquer qui demande un investissement personnel, de la remise en question, une exploration des concepts, de la pratique encadrée et du talent pour :  l’interprète.

3- la réception de process NSQ sur soi qui ne nécessite rien d’autre qu’une simple ouverture d’esprit et de l’enthousiasme pour : l’auditeur.

En espérant vous avoir aidé à mieux cerner et percevoir la rÉvolution que la NSQ vient d’entamer dans le monde de l’accompagnement humain, des thérapies et du coaching 🙏🏼

Namasté,

Joachim Roberfroid
Chercheur en neurosciences appliquées,
Ostéopathe, Coach et Directeur de l’Académie NSQ

Joachim Roberfroid black on transparent low res copie

*Références scientifiques de l’article :

1. **Neurosciences**:

– Damasio, A. R. (1994). Descartes’ Error: Emotion, Reason, and the Human Brain. New York: Grosset/Putnam.

– Koch C., The Feeling of Life Itself: Why Consciousness Is Widespread but Can’t Be Computed (The MIT Press) – September 24, 2019
– Koch, C., & Tononi, G. (2008). Can machines be conscious?. IEEE Spectrum, 45(6), 55-59.

– Koch, C. (2004). The quest for consciousness: a neurobiological approach. Englewood, CO: Roberts & Co Publishers.

– Crick, F., & Koch, C. (1990). Towards a neurobiological theory of consciousness. Seminars in the neurosciences, 2, 263-275.

2. **Somatologie**:

– Pert, C. B. (1997). Molecules of emotion: The science behind mind-body medicine. Simon and Schuster.

– Lipton, B. H. (2005). The biology of belief: Unleashing the power of consciousness, matter and miracles. Hay House, Inc.

3. **Paradigme Quantique**:

РGuillemant, P. (2012). La physique de la conscience. Le Temps Pr̩sent.

– Annals oh physics 409 (2019) 167907 : « A unique but flexible space–time could challenge multiverse theories » _ Philippe Guillemant et Marc Medale, Aix-Marseille Université, CNRS IUSTI UMR 7343

– Rovelli, C. (2004). Quantum gravity. Cambridge university press.

– Rovelli, C. (2018) : « L’ordre du temps », ed. Flammarion

– Penrose, R. (1995). Les ombres de l’esprit à la recherche d’une science de la conscience. (Exposé des prémisses d’une nouvelle physique pour comprendre les phénomènes de la conscience, à la frontière entre neurophysiologie et physique quantique)

 

*Neuroplasticité : Il s’agit de la capacité du cerveau à changer et à s’adapter en réponse à de nouvelles expériences, ce qui est essentiel pour l’apprentissage, la mémoire et la récupération après une lésion cérébrale. Un article récent (2021) a examiné comment l’activité physique peut augmenter la neuroplasticité et améliorer la fonction cognitive.

    • Ludyga, S., Gerber, M., Pühse, U., Looser, V. N., & Kamijo, K. (2020). Systematic review and meta-analysis investigating moderators of long-term effects of exercise on cognition in healthy individuals. Nature Human Behaviour, 4(6), 603-612.

*Ondes Gamma : Ces oscillations de haute fréquence du cerveau sont associées à des processus tels que l’attention et la conscience. Un article récent (2020) a exploré comment les ondes gamma peuvent être perturbées dans la schizophrénie, offrant de nouvelles perspectives sur les mécanismes de cette maladie.

    • Koshiyama, D., Miyakoshi, M., Thomas, M. L., Joshi, Y. B., Molina, J. L., Tanaka-Koshiyama, K., … & Light, G. A. (2020). Gamma band oscillations in the early phase of psychosis: A systematic review. Neuroscience & Biobehavioral Reviews, 112, 113-124.

Réserver votre future formation ou suivez un cours en ligne

Pour tout autre besoin d’information : contactez-nous via ce lien

Séminaires professionnelsCours en ligne Self-Coaching